Couleurs de l’incendie de Pierre LEMAÎTRE

le

 

couleurs de l'incendie lemaitre
544 pages – 22.90 €

Parution : en janvier 2018 aux éditions Albin Michel, puis

couleurs de l'incendie lemaitre poche
672 pages – 9.20 €

en format poche au Livre de Poche en février 2019.

 

 

Le style, le genre : roman classique, roman historique (1ère moitié du XXe siècle). Ecriture très romanesque qui aurait tout à fait pu être publié dans les feuilletons des quotidiens d’antan.

L’auteur : Pierre Lemaître est né le 19 avril 1956 à Paris. Après des études de psycho il enseigne à des adultes les littératures française et américaine. Puis il commence par écrire des polars. A 55 ans (en 2006) il gagne le Prix du premier roman au festival de Cognac (défunt festival cinématographique et littéraire puisque disparu en 2007) pour Travail soigné. Il a ajouté à sa trilogie un quatrième volet Rosy et John paru directement en format poche en mai 2014. Ses lemaitre pierremaîtres en littérature policière sont Bret Easton Ellis, Émile Gaboriau, James Ellroy et William McIlvanney.
Son premier roman hors polar c’est Au revoir là-haut , prix Goncourt 2013. Couleurs de l’incendie est le deuxième volet de la trilogie.

Les lieux : Paris

Le thème : Février 1927. Le Tout-Paris assiste aux obsèques de Marcel Péricourt (la gueule cassée de Au revoir là-haut). Sa fille, Madeleine, doit prendre la tête de l’empire financier dont elle est l’héritière, mais le destin en décide autrement. Son fils, Paul, d’un geste inattendu et tragique, va placer Madeleine sur le chemin de la ruine et du déclassement.
Face à l’adversité des hommes, à la cupidité de son époque, à la corruption de son milieu et à l’ambition de son entourage, Madeleine devra déployer des trésors d’intelligence, d’énergie mais aussi de machiavélisme pour survivre et reconstruire sa vie. Tâche d’autant plus difficile dans une France qui observe, impuissante, les premières couleurs de l’incendie qui va ravager l’Europe.

Mon avis : à la lecture des premières pages de ce roman historique, plus encore que dans Au revoir là-haut j’ai eu vraiment le sentiment de lire un auteur du début du XXe siècle (un siècle déjà…), une sorte de roman à la manière de… Fresque balzacienne pour les uns (beaucoup de personnages explicitant l’esprit de l’époque), roman empreint de sciences économiques pour les autres (la crise de 1929, les fuites et les trafics de capitaux dans les banques suisses), roman à La Dumas (une injustice, des rebondissements, une vengeance = la patte de l’auteur de polar).

Finalement  toutes ces références ne serviront qu’à vous donner envie de le lire. L’important c’est que je me suis régalée et que je vous souhaite la même chose. Nul besoin d’avoir lu le premier volume pour prendre du plaisir même si la transformation et l’évolution de la société française (et même mondiale) de l’après-guerre de 14-18 sont intéressantes à suivre, et que la démarche de l’auteur doit être à considérer.
Les politiques et les grandes fortunes financières et industrielles en prennent pour leur grade ; les Bolloré, Bouygues et Riboud d’aujourd’hui n’ont rien inventé, l’optimisation fiscale est un bien heureusement partagé, pour parler très poliment. J’ai même pensé à une exagération de l’auteur, pour les valises de billets, mais après documentation tout est vrai, c’est saisissant… tout change et rien ne change…

Pour résumer : un bon roman, plaisir permanent assuré. Il ne reste plus qu’à attendre le troisième qui se déroulera dans les années 40, période avec des personnages aussi estimables 😉que ces financiers avides.

Un commentaire Ajoutez le vôtre

  1. hermet dit :

    tout à fait d’accord : c’est très cinématographique aussi..On ne s’ennuie pas
    c’est à lire.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s