Le problème à trois corps de Cixin LIU (1er volume trilogie)

le
le problème à 3 corps actes sud
432 pages –  23€

Parution : en 2016 dans les éditions Actes Sud, en poche chez Babel en octobre 2018. Traduit du chinois par Gwennaël Gaffric.

le problème à 3 corps babel
512 pages – 9.70€

Le style, le genre : trilogie romanesque d’anticipation se déroulant sur Terre pour le premier volume des années 60 du 20e siècle à aujourd’hui, et sur des milliers d’années sur Trisolaris. L’auteur est reconnu comme étant un des premiers écrivains chinois ayant adopté le genre « cyberpunk » (association des mots cybernétique et punk) qui est un genre de la science-fiction très apparenté à la dystopie et à la hard science-fiction. Il met souvent en scène un futur proche, avec une société technologiquement avancée (notamment pour les technologies de l’information et la cybernétique).

L’auteur : Liu Cixin est né le 23 juin 1963 à Yangquan dans la province du Shanxi en Chine, il fait des études d’ingénieur avant de trouver un poste dans une centrale électrique à Yangquan (Shanxi). Il écrit des romans depuis les années 80 et a été récompensé à plusieurs reprises. C’est l’écrivain de science-fiction le plus populaire de Chine il a d’ailleurs reçu à neuf reprises le Galaxy Award (prix chinois de la meilleure œuvre d’anticipation). Le premier volume (Le problème à trois corps) de cette trilogie a obtenu le Prix Hugo 2015 (prix littéraire américain créé en 1953 et décerné chaque liu cixinannée aux meilleures œuvres de science-fiction et de fantasy de l’année écoulée).

Les lieux : la Chine, le Cosmos.

L’histoire : en pleine Révolution culturelle, le pouvoir chinois construit la base militaire secrète de Côte Rouge. Ye Wenjie, une jeune astrophysicienne en cours de “rééducation”, intègre l’équipe de recherche. Dans ce lieu isolé où elle croit devoir passer le restant de sa vie, elle est amenée à travailler sur un système de télétransmissions dirigé vers l’espace et découvre peu à peu la véritable mission de Côte Rouge… Elle est destinée à abriter un programme de recherche de potentielles civilisations extra-terrestres. Trente-huit ans plus tard, alors qu’une étrange vague de suicides frappe la communauté scientifique internationale, l’éminent chercheur en nanotechnologies Wang Miao est témoin de phénomènes paranormaux qui bouleversent ses convictions d’homme rationnel. Parmi eux, une inexplicable suite de nombres qui défile sur sa rétine, tel un angoissant compte à rebours…

Mon avis : un grand moment de SF vous attend avec ce premier volume d’une trilogie très ambitieuse, il va sans dire que je me suis précipitée dès la réouverture de ma librairie blésoise (de Blois) pour acheter le deuxième La forêt sombre.

Il y a tout dans ce roman : de l’histoire avec la Révolution culturelle que l’on vit à échelle humaine, Ye Zhetai le père de l’héroïne (Ye Wenjie) dès l’entame du livre est exécuté en place publique accusé d’avoir enseigné les théories « réactionnaires » de la relativité générale, de la physique quantique et du Big Bang, un mode romanesque sur un rythme de polar à énigme, une réflexion sur le fonctionnement des acteurs scientifiques,  une réflexion sur le devenir de l’espèce humaine, puis un volet parfois ardu mais enthousiasmant d’astrophysique nous confrontant au problème à N corps en mécanique orbitale.

NE VOUS SAUVEZ PAS : Le problème à N corps consiste à résoudre les équations du mouvement de Newton de N corps interagissant gravitationnellement, connaissant leurs masses ainsi que leurs positions et vitesses initiales. Par extension cette appellation a été conservée dans le cas où l’on s’intéresse à un ensemble de particules liées par un potentiel quelconque. Il s’agit d’un problème mathématique fondamental pour l’astronomie classique, c’est-à-dire dans le cas où les effets de la relativité générale peuvent être négligés : vitesses des corps petites devant la vitesse de la lumière dans le vide, et champs de gravitation faibles, ce qui est essentiellement le cas dans le Système solaire. C’est pour cela que tout au long de ce premier volume sont convoqués Poincaré, Newton, Copernic, Einstein, Kepler, etc.

Je suis allergique aux mathématiques depuis toujours et s’il m’est arrivé d’être larguée à plusieurs moments du livre … cela ne m’a absolument pas empêchée de l’apprécier, au contraire ! et suivant les préceptes de Montaigne « il n’est désir plus naturel que le désir de connaissance. Nous essayons tous les moyens qui nous y peuvent mener. Quand la raison nous manque, nous y employons l’expérience qui est un moyen plus faible et moins digne ; mais la vérité est chose si grande, que nous ne devons dédaigner aucune entremise qui nous y conduise. »

Le problème à 3 corps est supposé irrésolvable mais il possède une solution analytique exacte, découverte par Karl Sundman en 1909. Malheureusement, cette solution se présente sous la forme d’une série infinie qui converge très lentement, ce qui la rend inutile en pratique pour faire des prédictions en un temps raisonnable.

Pour résumer : de la SF avec un fondement à la fois politique, historique et romanesque, vous l’aurez compris j’ai été happée par ce premier volume et vous le serez aussi. Sans en dire trop ce livre sera aussi à conseiller aux passionnés de jeux vidéo et de SF.

Un commentaire Ajoutez le vôtre

  1. lorenztradfin dit :

    Vivent les blésoises !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.