Darktown de Thomas MULLEN

le
500 pages – 22 €
500 pages – 9.80 €

Parution : en octobre 2018 aux éditions Payot & Rivages, et en format poche chez Rivages Noir en février 2020. Traduction de l’anglais (USA) par Anne-Marie Carrière.

Le style, le genre : roman policier historique et sociétal.

L’auteur : Thomas est né à Providence dans Rhode Island en 1974. Il a fait ses études dans l’Ohio dans une université particulière l’Oberlin College, fondée en 1833 et connue pour avoir admis, la première, des étudiants afro-américains en 1835 et de sexe féminin en 1837. Pas étonnant de le voir ensuite construire son œuvre autour de la ségrégation raciale avec Darktown le début d’une série policière commencée en 2016. Le second opus est Lightning Men (2017) Temps noir, paru en 2017.

Les lieux : l’action se situe à Atlanta en Georgie (USA).

L’histoire : Atlanta, 1948. Répondant aux ordres d’en haut, le département de police d’Atlanta est forcé d’embaucher ses premiers officiers noirs. Parmi eux, les vétérans de guerre Lucius Boggs et Tommy Smith. Mais dans l’Amérique de Jim Crow, un flic noir n’a pas le droit d’arrêter des suspects, de conduire des voitures de police ou de mettre les pieds dans les locaux de la police… Quand une femme métisse disparaît après avoir été vue pour la dernière fois dans la voiture d’un édile blanc, Boggs et Smith soupçonnent leurs collègues de vouloir étouffer l’affaire. Leur enquête les confrontera à un policier brutal qui dirige depuis longtemps le quartier.

Mon avis : excellentissime et bouleversant. Certains passages décrivent des scènes (réelles) tellement absurdes de racisme et de connerie (désolée du terme…) que je n’ai pu m’empêcher de penser « mais ce n’est pas possible ». Chacun connait le racisme de la société américaine, à côté la France parait plutôt épargnée, le quasi-apartheid qui y régnait dans certains États, mais à ce point là ! En lisant et rencontrant ces personnages de chair et de sang… c’est rude, j’ai parcouru ce livre en retenant mon souffle. Harry Truman a certes bien fait d’ouvrir la police aux noirs américains mais il a fallu pour cela qu’ils soient des héros de la vie quotidienne pour tenir, face à une société et à des policiers blancs plus qu’hostiles. Imaginez : vous êtes un policier vous avez une arme mais vous n’avez pas le droit de vous en servir, vous n’avez pas le droit d’entrer dans le commissariat (on vous réserve un local pourri en sous-sol), vous n’avez pas le droit d’arrêter des blancs, vous risquez de vous faire lyncher si vous sortez tant soit peu de votre zone (noire) urbaine, vous devez travailler à pied et pas en voiture, etc. A côté de tout ça une vraie histoire policière et des personnages très intéressants, la jeune fille noire assassinée abandonnée dans une décharge d’ordures et sa famille, qui vont conduire Lucius et Tommy bien loin de leur base, les policiers pas tous sympathisants du Ku Klux Klan.

Pour résumer : à lire de toute urgence : pour se confronter à la réalité de ce qu’est le racisme institutionnel et individuel et pour lire un excellent polar.

Un commentaire Ajoutez le vôtre

  1. actudunoir dit :

    Entièrement d’accord, un excellent roman, et la bonne nouvelle est que la suite, tout aussi excellente, Temps noir, a été publiée cette année.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.