Cette nuit, je l’ai vue de Drago JANČAR

le

cette nuit je l'ai vueParution : en 2014 dans l’excellente maison d’édition Phébus, passage en août 2019 dans la collection  Libretto (collection de semi-poches de la maison).cette nuit je l'ai vue Phébus

Libretto : 224 pages – 8.90 € / Phébus : 224 pages : 20 €

Le style, le genre : roman historique (de 1937 à 1945), roman d’amour.

L’auteur : Drago Jančar naît à Maribor le 13 avril 1948 alors que  la Slovénie est encore englobée dans la « République fédérative socialiste de Yougoslavie ». Il fait des études de droit à Maribor et devient rédacteur en chef d’un journal étudiant puis plus tard sera  assistant dans le quotidien Vecer de Maribor. En 1974, il est arrêté et condamné à un an de prison pour avoir fait circuler une brochure qui parle du massacre de la garde nationale slovène en mai 1945 par le régime de Tito, le chef d’accusation retenu  : propagande en faveur de l’ennemi .

En 1974 et 1978 paraissent ses deux premiers romans mais c’est après la mort de Tito en 1980 qu’il peut enfin déployer son œuvre de romancier, de nouvelliste et de dramaturge. Il commence à travailler en 1981 aux éditions Slovenska Matica. En 1984 paraît son roman Aurore boréale et l’année suivante sa pièce la plus célèbre La Grande valse brillante. Entre 1987 et 1991 il est président du PEN Club de Slovénie où il s’engage pour la démocratisation de son pays.drago jancar

Ses romans, nouvelles et essais sont traduits en plus de vingt langues. Ses pièces ont été interprétées dans plusieurs pays européens et l’une d’entre elles, La grande Valse brillante, a reçu le prix de la meilleure pièce aux festivals de Novi Sad et de Sarajevo. En 1993, Jancar obtient le Prix Preseren (le plus prestigieux des prix littéraires slovènes) pour l’ensemble de son œuvre. Il a également reçu en 1994 le Prix européen de la nouvelle, en 1997 le Prix autrichien Jean Améry pour son essai Brioni et en 2003 le Prix Herder pour la littérature. En 2011 : le Prix européen de littérature pour l’ensemble de son œuvre, et en 2014 en France le Prix du Meilleur livre étranger pour Cette nuit, je l’ai vue.

Les lieux : la Slovénie (Ljubljana et la Haute Carniole).

L’histoire : Veronika Zarnik est une femme libre. Bourgeoise charmeuse et excentrique (elle conduit une voiture et sait piloter un avion), elle impose à ceux qui la côtoient une indépendance qui envoûte. Elle inspire à chacun une indécise impression, un sentiment mêlé de tendresse, d’amour, mais également de mépris et de frustration. Inconvenante, non conformiste, elle s’adapte mal aux heures sombres de la Seconde Guerre mondiale. C’est à Ljubljana que Stevan Radovanović major et commandant d’un escadron de cavalerie la rencontre à la faveur de leçons pour lui apprendre à monter à cheval. Quelques années plus tard, un soir de janvier quarante-quatre, Veronika et son mari, Leo, disparaissent de leur manoir de Podgorsko situé en Haute Carniole. Autrefois insaisissable, elle devient une véritable âme errante et cinq voix, hantées à leur manière par son spectre, tentent de reconstituer ce qu’était réellement sa vie.

Mon avis : emballée, séduite, ravie, et un peu triste aussi, voilà mon état d’esprit après la lecture de ce roman magnifique choisi encore une fois au hasard après le confinement de mars/avril, merci le hasard. Le style est très beau et s’accorde parfaitement à son mode de récit, cinq personnages racontent qui était Veronika et quels liens ils ou elles ont entretenus avec elle, Stevo en tout premier (son amant), puis madame Josipina (sa mère), Horst Hubermayer (médecin dans la Wehrmacht), Joži (servante au manoir), Jeranek (partisan communiste). Les destins de chacun se mêlent à la grande histoire, celle de l’opposition entre les troupes allemandes et les partisans communistes. Tout est délicat et poétique même si la guerre oblige chacun à choisir son camp, qu’il est dur de prendre des décisions, d’assumer ses choix. La dualité salaud/gentil est bien difficile à cerner et fait réfléchir.

Pour résumer : à lire absolument, la bonne nouvelle c’est que plusieurs autres romans de cet auteur nous attendent en librairie ou en médiathèque.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.