Actualités : 05 novembre 2014 : les prix littéraires c’est parti !

05 novembre 2014 :

  • Le prix Goncourt récompense Lydie Salvayre pour  Pas pleurer aux éditions du Seuil. J’avais lu au début des années 90 un roman qui ne m’avait pas plu,  et je n’y suis pas revenue… C’est sans doute l’occasion de refaire un essai avec ce roman ayant pour cadre la guerre d’Espagne !
  • Le Prix Médicis va à Antoine Volodine  pour son roman intitulé Terminus radieux (éditions du Seuil) qui, comme son nom ne l’indique pas, décrit un kolkhoze en  Sibérie qui a été détruit par une explosion nucléaire. Les survivants sont des mutants : pour résumer ils sont une métaphore de l’ère post soviétique (600 pages réussies… il parait !)
  • Le Prix Médicis étranger pour une Australienne Lily Brett pour Lola Bensky publié par les éditions La Grande Ourse, un petit éditeur, . Il s’agit d’un roman autobiographique qui raconte l’histoire d’une jeune journaliste de rock un peu naïve dans les années 60-70.
  • Le prix Médicis essai pour Manifeste incertain 3 de Frédéric Pajak (éditions Noir sur Blanc). C’est le troisième volume d’une série qui met en scène Walter Benjamin errant à travers la France pendant la guerre.Pajak est connu pour ses travaux sur Nietzsche et Apollinaire mais il est également peintre, écrivain et dessinateur.
  • Le Prix Renaudot revient à David Foenkinos pour Charlotte (éditions Gallimard), il était donné comme un des favoris pour le Goncourt. J’ai du mal à croire ce que je lis sur cet auteur,  La délicatesse était loin de m’emballer !!! curieux…

 

 03 novembre 2014  :

  • Le Grand prix de l’Académie française un des premiers « grand prix » (un des plus connus devrait-on dire…) créé tout de même en 1915 : respect ! est décerné à Adrien Bosc pour Constellation chez Stock. Le romancier se penche sur l’histoire de l’avion Constellation qui s’est écrasé dans la nuit du 27 au 28 octobre 1949 dans l’archipel des Açores, ne faisant aucun survivant. 37 passagers étaient à bord, dont le champion du monde de boxe Marcel Cerdan et la violoniste virtuose Ginette Neveu…
  • Le Prix Femina est décerné à Yanick Lahens pour Bain de lune (Sabine Wespieser), je suis une fan de cette éditrice donc contente !
  • Le Prix Femina étranger est décerné à Zeruya Shalev pour Ce qui reste de nos vies (Gallimard),   je ne connais pas…
  • Le Prix Femina Essai c’est pour Paul Veyne Et dans l’éternité, je ne m’ennuierai pas: souvenirs chez Albin Michel. Paul Veyne : magnifique !
  • Le Prix du Zorba que vous devez connaître un peu moins… (créé en 2012) récompense « un livre excessif, hypnotique et excitant, pareil à une nuit sans dormir.«  Cette année c’est Aurélien Bellanger qui l’a reçu pour son dernier roman L’aménagement du territoire (Gallimard). L’auteur nous raconte le projet de construction d’une ligne de TGV à proximité d’un petit village. Projet qui soulève les passions et se retrouve au centre d’enjeux multiples.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s