Que ta volonté soit faite de Maxime CHATTAM

le

que ta volonté...Parution : en janvier 2015 chez Albin Michel et en format poche en novembre 2016 chez Pocket.

Le genre, le style : thriller très noir.

L’auteur : Maxime est né en 1976 en Ile de France mais a séjourné souvent aux Etats-Unis (New York et surtout Portland dans l’Oregon) pendant son enfance. Il fait des études de théâtre (le cours Simon), de Lettres modernes puis plus tard de criminologie, ce qui le mène à l’écriture. Maxime-ChattamSon premier roman publié Le 5e règne parait en 2003 aux éditions du Masque. Auteur à succès, un des plus gros vendeurs de livres en France et dans le monde, la liste de ses romans est longue, les consulter sur son site. A noter que c’est un de mes anciens collègues de la FNAC, libraire sans surprise dans un rayon… polar.

Les lieux : dans la petite ville de Carson Mills dans le Midwest.

L’histoire : le roman s’ouvre sur une scène très violente que je ne dévoilerai pas, Jon Peterson est en compagnie de son fils Riley Ingmar, l’atmosphère est étouffante, on saisit immédiatement la violence du père. Puis après ces quelques pages on revient en arrière pour découvrir Jon à 6 ans et pour découvrir sa famille. Les Petersen s’installent dans la petite ville insignifiante et très tranquille de Carson Mills vers la fin des années 1950, ils viennent de Suède avec pour particularité (sanglante) que Lars, le père, est méthodiste, alors que Willema, la mère est luthérienne. Après un premier drame familial Jon Petersen, le fils, est élevé par son grand-père, Ingmar, et par ses tantes Rakel et Hanna dans une ambiance rude et dépourvue d’amour. Asocial et cruel envers les animaux comme avec ses camarades de classe dès la sortie de l’enfance, à partir de 15 ans il pousse encore plus loin l’abjection…

Mon avis : plusieurs jours ont été nécessaires avant d’ouvrir un livre, après celui de Philippe Lançon. Quand j’ai repris il me fallait quelque chose de léger… C’est pourquoi c’était le moment de lire Maxime Chattam, que je n’avais jamais lu, un auteur pourvoyeur de chiffre d’affaire chez mes confrères libraires, un petit polar léger… Oups ! tout faux, un thriller dur de dur que j’ai pris un peu à la légère, genre c’est de la violence pure, bof ça ne m’apporte rien, mais plus on avance dans l’intrigue plus c’est complexe et c’est sacrément bien amené. Ça ne m’empêche pas de penser que certaines descriptions ne sont pas indispensables sauf à amener le chapitre final, surprenant.
Jarvis Jefferson, shérif depuis plus de vingt ans dans un endroit tranquille, une petite ville des Etats-Unis, va avoir fort à faire avec des viols, un meurtre, des chats et des chiens qui disparaissent. Une affaire dans l’affaire se greffe et nous embrouille. Impossible d’en dire plus… à part que l’humanité n’est pas peinte sous un jour favorable !

Pour résumer : scènes de cruauté pure, description d’un viol, c’est un livre à ne pas conseiller aux jeunes âmes et aux âmes sensibles. Bonne trame mais trop violent pour moi néanmoins. Je m’inquiète toujours à la pensée que des malades mentaux pourraient s’inspirer de tels écrits… A réserver aux aficionados de thrillers noirs, genre Stephen King ou Thomas Harris.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s