Les Intéressants de Meg Wolitzer

Afficher l'image d'origineAfficher l'image d'origineParution : en 2015 aux éditions Fromentin et au Livre de Poche en mars 2016

Traduction de l’anglais (Etats Unis) de Jean ESCH.

Le style, le genre : roman choral sur le thème de l’amitié dans la jeunesse newyorkaise des années 70 à nos jours.

Les lieux : New York et sa région et l’Islande.

L’auteur : Meg est née le 28 mai 1959 à Brooklyn et a grandi à Long Island. Elle a déjà écrit une dizaine de romans, seuls L’épouse (Grasset) et La position (Sonatine) sont traduits en français.

L’histoire : en 1974 Julie Jacobson (16 ans) passe une partie de son été à Belknap dans le Massachussetts dans un camp de vacances pour ados  » Spirit in the Woods « , axé sur les arts du spectacle et les arts plastiques. Elle y fait la connaissance d’un groupe de cinq jeunes adolescents qui fréquentent depuis trois ans ce camp. Ils se sont baptisés «Les Intéressants».

« Julie une étrangère avec une tête de caniche et de fleur de pissenlit, venant d’une petite ville quelconque à cent kilomètres à l’est de New York, était étonnamment fascinante pour eux. En étant juste rassemblés là, dans ce tipi, à l’heure dite, ils se séduisaient tous mutuellement par leur grandeur, ou l’hypothèse d’une éventuelle grandeur. Une grandeur en devenir. »

Julie, vite appelée Jules par les Intéressants, est fascinée par ces jeunes gens cultivés, ironiques, talentueux et sûrs d’eux contrairement à elle qui traîne comme un boulet ses origines modestes.

Ethan, Ash, Goodman, Cathy, Jonah et Jules ont des talents bien différents. Le roman suit leur évolution pendant près de quarante ans à travers le regard tour à tour envieux, admiratif et inquiet de Jules.

Mon avis : le thème principal c’est l’amitié. Peut-elle être seulement désintéressée et bienveillante ou mêlée de rivalité et de jalousie ? Peut-elle être sincère et pure entre un homme et une femme ?

C’est aussi le choc des classes sociales entre des jeunes gens sûrs d’eux et une jeune fille qui a honte de la médiocrité de sa famille. A l’âge adulte Meg opposera le couple d’artistes fortunés formé par Ash et Ethan (une metteuse en scène de théâtre féministe, un créateur de dessins animés), et le couple de Jules et de Dennis qui lutte pour pouvoir continuer à vivre à New York. Dans chaque parcours de vie les souvenirs et les expériences du passé sont parfois enjolivés et les buts poursuivis par chacun d’eux sont profondément marqués par ce qu’ils ont vécu dans leur enfance.

Ce sont des thèmes éternels qui font souvent de bons romans, c’est le cas ici et j’y ai pris beaucoup de plaisir. Cerise sur le gâteau la ville de New York est magnifiquement mise en valeur.

En fond toujours présent : le camp de vacances, point de convergence des personnages.

Pour résumer : roman addictif. Du romanesque, des rebondissements, de la profondeur. Que demander de mieux ? Ce livre plaira à tous, jeunes adultes ou anciens jeunes…

Afficher l'image d'origine

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s