Philosopher avec les œuvres littéraires de Christophe BARDYN

Philosopher avec les oeuvres littérairesParution : en juin 2016 aux éditions Armand Colin

Le genre : essai littéraire et philosophique destiné normalement aux élèves et enseignants des classes de terminale.

L’auteur : Christophe Bardyn est agrégé et docteur en philosophie. Il est professeur à Angers dans l’enseignement secondaire et supérieur. Il a été l’auteur très apprécié d’une biographie de Montaigne parue en 2015 chez Flammarion.

Le thème : selon le postulat que les grandes œuvres littéraires offrent une porte d’entrée passionnante pour toutes les problématiques principales de la philosophie, Christophe analyse trente-cinq œuvres littéraires regroupées en cinq domaines : le sujet, la culture, la raison et le réel, la morale, la politique. En tant que philosophe il se refuse à n’étudier un texte possédant des qualités littéraires seulement s’il possède « une teneur suffisamment riche en concepts ».

Mon avis : passionnant  car Christophe a tout compris de la littérature. Lire un grand roman c’est ressentir des émotions mais c’est aussi les transformer en concepts philosophiques sans s’en apercevoir (n’ayant jamais étudié la philosophie c’est ce qui m’arrive le plus souvent) ! Et quel est le plus important de prime abord : discourir sur des théories ou les ressentir ? Ensuite libre à chacun de pousser la porte de la philo plus conceptuelle…

Je le cite : « (…) l’alliance de la dialectique et du mythe, que nous rencontrons si tôt chez les Grecs, est l’une des multiples figures de la complémentarité entre deux modes d’accès au concept, l’un par le biais de la logique, l’autre par celui de la sensibilité. Ils ne sont pas faits pour s’affronter mais pour coopérer. »

Décidément cet homme est extraordinaire, après nous avoir fait découvrir à travers sa biographie la vie et l’œuvre de Montaigne, il nous présente ici de manière enthousiaste, non-conformiste mais néanmoins pédagogique un sujet qui pourrait être aride. Ce qui fait l’intérêt du livre c’est qu’il ne va évidemment pas chercher ses exemples dans des œuvres déjà estampillées « philosophiques » comme L’esprit des lois, les Pensées philosophiques ou L’Être et le néant mais il nous propose plutôt d’étudier des romans de Balzac, de Kafka, de Carroll, de Zola ou encore d’Homère.

C’est un ouvrage qui se déguste lentement au gré de nos lectures et de nos envies (il a été sur ma table de chevet pendant plusieurs mois). J’ai été particulièrement sensible à l’étude d’Antigone de Sophocle qui contient la plus ancienne formulation du thème de la loi naturelle et à celle des Rougon-Macquart de Zola (élément central de ma bibliothèque) et la notion de déterminisme historique.

Pour résumer : un seul regret, que ce livre soit édité chez un éditeur scolaire et universitaire car cela va empêcher le grand public lecteur et curieux d’y avoir accès. Dommage, mais il reste le bouche à oreille, alors lisez et faites passer…

Afficher l'image d'origine

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s