Idylle avec chien qui se noie de Michael Köhlmeier

idylle chien qui se noieParution : Idylle mit ertrinkendem Hund a paru en Autriche en 2008, la traduction en français a été réalisée par Stéphanie Lux pour les éditions Jacqueline Chambon (Actes Sud) en 2011 puis dans la collection de poche Babel en mai 2016.

Le style, le genre : un grand petit livre de 94 pages qui capture trois jours de la vie d’un auteur, de sa femme et de son éditeur dans la campagne autrichienne.babel idylle chien qui se noie

L’auteur : Michael Johannes Maria Köhlmeier est né le 15 octobre 1949 à Hard en Autriche sur les rives du Bodensee. Il étudie à partir de 1970 les sciences politiques, l’allemand, les mathématiques et la philosophie. Il a été scénariste, auteur de fictions radiophoniques avant de se consacrer entièrement à l’écriture. Le roman qui l’a fait connaître en France en 2015 Deux messieurs sur la plage racontait la rencontre en 1929 de Chaplin et Churchill. Il a reçu de nombreux prix en Allemagne et en Autriche. Il vit aujourd’hui à Vienne et à Hohenems dans la région du Vorarlberg.

Les lieux : le village d’Hohemens dans la campagne autrichienne.

L’histoire : un auteur et sa femme vivent relativement isolés dans un joli chalet du Vorarlberg, on pourrait imaginer leur vie facile et légère mais un drame s’est passé, leur fille est morte dans un accident.

L’auteur apprend que son éditeur interrompt sa collaboration avec lui pour « raisons de santé », est ce que cela a un rapport avec ce qui s’est passé la dernière fois qu’ils ont travaillé ensemble, à cause de l’histoire du chien ?

C’est l’hiver, la neige a été abondante en ce mois de janvier 2006, d’habitude Michael se déplace à Francfort pour travailler avec son éditeur sur ses manuscrits. Cette fois le Dr Joannes Beer va se déplacer et se rendre chez lui.

Analyser un texte avec lui était une aventure qui pouvait vous plonger dans une obscurité inconnue, imprévisible, et c’était un travail de longue haleine. Certains collègues, publiés par d’autres maisons d’édition, m’enviaient de travailler avec lui. Chez eux, la relecture d’un roman de deux cents pages prenait au maximum une journée. Dans la plupart des cas, l’éditeur envoyait le manuscrit corrigé par la poste, l’auteur – à supposer qu’il soit d’accord avec les corrections – les entrait sur l’ordinateur, on discutait les points litigieux au téléphone, terminé. En entendant cela, le Dr Beer ne pouvait que secouer la tête (doucement, comme le voulait son caractère).

Un courant de sympathie passe immédiatement entre l’éditeur et Monika qui s’amplifie encore quand elle le fait pénétrer dans son espace intime : une quasi jungle qui s’ouvre sur le salon et qui se poursuit sous une verrière de sept mètres de long. Ce besoin de meubler l’espace permet à cet « étranger » de pénétrer l’intimité du couple faite d’harmonie mais aussi de chagrin.

Mon avis : ce court roman est très touchant et en même temps très étrange (et j’aime ça). L’intrusion de l’éditeur, personnage à la fois proche, distant et secret, dans la demeure de ce couple endeuillé permet de créer une atmosphère singulière. Le chagrin de ce couple qui a perdu sa fille est au centre de cette histoire qui n’en est presque pas une tant la routine rythme leur vie. Tous les trois jours ils font leurs courses en traîneau. Chaque jour leurs promenades en solitaire : chacun la sienne, Monika monte au Schlossberg six jours sur sept, Michael préfère la promenade au bord du vieux Rhin. Le samedi il la rejoint dans sa promenade à elle. C’est cette routine qui rend leur chagrin supportable et qui va se trouver bouleversée quand il faudra tenter de sauver un chien qui se noie…

Je l’ai lu deux fois à la suite pour être sûre de ne passer à côté de rien, car j’ai senti que cela pouvait arriver, j’ai bien fait c’était encore meilleur, c’est un sacré écrivain !

Pour résumer : à conseiller aux lecteurs qui aiment les atmosphères et la belle écriture.

michael köhlmeier

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s