Quand sort la recluse de Fred VARGAS

le

quand sort la recluse vargasParution : en mai 2017 aux éditions Flammarion.

Le style, le genre : roman policier toujours habité par le goût de l’auteur pour les légendes ancestrales et l’ancrage des affaires dans le passé.

L’auteur : Frédérique (Audoin -Rouzeau) est née le 7 juin fred vargas1957 à Paris. Après des études secondaires au lycée Molière elle réussit son doctorat d’histoire en étudiant la peste au Moyen-Age. Chercheuse au CNRS sa formation archéologique est centrée sur l’époque médiévale, spécialité archéozoologie (étude des restes animaux en archéologie).

Elle cumule les prix littéraires en France mais aussi en Angleterre et en Allemagne et a vendu dans le monde des millions d’exemplaires de ses nombreux romans (une bonne quinzaine).

Les lieux : Paris, la région de Nîmes (Gard), l’île de Ré.

L’histoire : Adamsberg se repose dans une île islandaise depuis une quinzaine de jours, après une enquête harassante (voir précédent roman),  quand il est rappelé à Paris pour une affaire délicate, une femme écrasée par un quatre-quatre rue du Château-des-Rentiers à Paris. En même temps Retancourt lui soumet une autre affaire tout aussi délicate de harcèlement mais tout cela n’est qu’une mise en bouche. L’Affaire démarre quand Jean-Baptiste voit ce que le lieutenant Voisenet cache lorsqu’il masque son écran d’ordinateur en quittant son bureau : la consultation de pages sur les araignées et plus particulièrement la Recluse brune qui serait à l’origine de deux morts, un à Carcassonne et un à Orange. Deux vieillards sont victimes du venin de Loxosceles rufescens, une araignée peureuse appelée La recluse dont le venin provoque une nécrose des tissus. Problème : le venin d’une araignée ou même de deux ou trois ne suffit pas à tuer un être humain…

Mon avis : un des meilleurs Vargas ! Tout est parfait dans ce roman. Son style toujours imagé et amoureux de la langue fait des merveilles. Si les pensées du commissaire sont toujours « venteuses » et « brumeuses », s’y rajoutent des mots sortis d’on ne sait où comme blaps et estoc qui reviennent comme des leitmotivs et donnent un sens à cette quête du criminel. L’enquête dans le monde des araignées est passionnante et rajoute du piquant à une intrigue mystérieuse et épouvantable, l’inspiration part  de faits réels qui se sont déroulés en 2015. Les relations entre Danglard et Adamsberg vont se tendre comme jamais, elles nous tiennent en haleine et provoquent chez le lecteur un grand malaise : la rupture est-elle définitive ?

« Adamsberg s’efforçait de parler de manière neutre, apaisante pour toute la Brigade, mais l’attaque de Danglard avait frappé fort. Il était très conscient que le commandant frôlait son propre abîme, que son agressivité suicidaire poussait telles des ronces sur un terrain en démolition. C’était tout de même la première fois que le commandant l’avait insulté et sciemment méprisé devant tous. »

La trahison de Danglard ayant rebattu les cartes c’est avec une équipe restreinte qu’Adamsberg commence l’enquête, Voisenet, Estalère, Retancourt, Froissy, Mercadet et chose étonnante le brigadier Noël… avant que tous ne le rejoignent.

La plongée dans le passé est réussie : il n’y a que Fred pour arriver à mélanger l’histoire médiévale, le passé proche et la résolution de crimes avec autant de maestria. Un personnage refait son apparition : Mathias, le préhistorien, qui va donner un coup de main de professionnel à Jean-Baptiste.

Et l’écriture ! magnifique construction…

Pour résumer : indispensable, moment de lecture savoureux. Attendre le poche s’est avéré impossible, trouvez le en occasion, en bibliothèque, ou empruntez le à quelqu’un…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s