L’arbre aux fées de B. Michael RADBURN

le

Parution : écrit et publié en 2011 en Australie. En septembre 2019 dans les éditions du Seuil, en format poche Points Seuil en janvier 2021. Traduction de l’anglais (Australie) par Isabelle Troin.

Broché 320 pages / 21.50 € – le poche 336 pages / 7.70 €

Le style, le genre : roman policier avec une enquête menée conjointement par un Ranger et un policier.

Les lieux : la Tasmanie (état insulaire australien au Sud-Est des côtes australiennes).

L’auteur : il est australien. Quand il n’écrit pas, il joue de la guitare, du banjo, de l’harmonica ou sillonne sa région en Harley Davidson. Il est l’auteur de plus de 80 nouvelles et a fondé la maison d’édition Dark Press Publications. L’Arbre aux fées est le premier volet d’une série portée par le ranger Taylor Bridges.

L’histoire : Taylor Bridges, un ranger australien, est hanté par la disparition de sa fille Claire, huit ans. Son couple a volé en éclats et pour cesser de ruminer son chagrin, il demande sa mutation en Tasmanie. Dès son arrivée dans la petite bourgade de Glorys Crossing, Drew, une fillette du même âge que Claire, disparaît également. Taylor y voit une coïncidence avec son propre malheur et mène une enquête au sein d’une population pour le moins hostile. Une initiative qui déplaît à O’Brien, le chef de la police locale. Taylor, convaincu que Drew est vivante, poursuit ses investigations et apprend que d’autres petites filles ont disparu avant elle. Avec l’aide de Grady, un inspecteur du continent envoyé sur place, Taylor découvre une île aux secrets bien gardés…

Mon avis : bof ! ce n’est pas mauvais mais pas beaucoup d’originalité dans ce polar. Il ne se passe pas deux pages sans que la douleur de la disparition de son enfant soit rabâchée, on a compris ! Je n’ai pas réussi à me passionner pour cette histoire, les bizarreries des personnages sont convenues et pas vraiment de découverte de la Tasmanie, c’est aussi ce que j’attends d’un polar, en plus d’une intrigue et des personnages qui tiennent la route, une découverte géographique, sociale ou autre.

Pour résumer : à lire si vous n’avez rien d’autre sous la main, ou si vous êtes accros aux polars traitant de disparitions d’enfants…

2 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. Marcorèle dit :

    Un livre ni fées, ni à faire ?

    1. anniemots dit :

      En effée…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.