Ouragan de Laurent GAUDE

le

 

ouragan gaudé actes sud
192 pages – 18,30 € –
ouragan gaudé
157 pages – 5.50€ –

Parution : en août 2010 aux éditions Actes Sud, parution en poche chez J’ai Lu en juillet 2014.

 

Le genre, le style : roman sur la violence des éléments et des Hommes, à la fois fable incarnée par une vieille femme et roman exprimant la puissance des sentiments.

L’auteur : Laurent est né le 6 juillet 1972 à Paris. Il fait des études de Lettres Modernes et d’Etudes Théâtrales à Paris. C’est à l’âge de 25 ans, en 1997, qu’il publie sa première pièce, Onysos le furieux. En 2001, âgé de 29 ans, il publie son premier roman, Cris.laurent gaudé
Laurent Gaudé a reçu en 2002 le prix Goncourt des lycéens et le prix des libraires pour La Mort du roi Tsongor, puis le prix Goncourt en 2004 pour son roman Le Soleil des Scorta. Ouragan est son sixième roman. Il fait partie des auteurs français contemporains les plus lus dans le monde.

Les lieux : La Nouvelle-Orléans (USA).

L’histoire : à La Nouvelle-Orléans, alors qu’une terrible tempête est annoncée, la plupart des habitants fuient la ville. Ceux qui n’ont pu partir devront subir la fureur du ciel. Rendue à sa violence primordiale, la nature se déchaîne et confronte chacun à sa vérité intime : que reste-t-il en effet d’un homme au milieu du chaos, quand tout repère social ou moral s’est dissous dans la peur ?
Seul dans sa voiture, Keanu fonce vers les quartiers dévastés, au cœur de la tourmente, en quête de Rose, qu’il a laissée derrière lui six ans plus tôt et qu’il doit retrouver pour, peut-être, donner un sens à son existence. Quant à Josephine Linc., négresse depuis presque cent ans, elle défie les soubresauts de la nature…

Mon avis : Laurent Gaudé met en scène une dizaine de personnages : une vieille femme noire centenaire qui, malgré l’ouragan qui arrive, continue à lutter pour les droits des noirs de Louisiane et telle une déesse-mère apparait comme un roc au milieu de l’eau. «Les femmes pleureront, mais elles se relèveront. Je le dis, moi, Josephine Linc. Steelson, car je l’ai vu mille fois. Les hommes mourront mais il en viendra d’autres que nous élèverons dans le souvenir des premiers. Je chante avec ma voix venue de loin et les familles tournent la tête vers moi. Les enfants cessent de crier. La faim ne leur tiraille plus le ventre. Ils me regardent. Ils veulent que ma voix continue à emplir le hall car c’est la seule chose qui les réchauffe, alors je continue, je suis increvable, et jamais personne ne me fera renoncer. »
Il y a les prisonniers abandonnés dans la prison de Parish Prison alors que l’eau monte, Keanu Burns un employé d’une plateforme pétrolière venu retrouver une femme aimée, Rose Peckerbye et Byron son fils, un révérend qui perd la boule au fur et à mesure de l’avancée de l’ouragan, et les alligators sortis de leurs bayous qui avancent partout dans la ville…
Ces personnages se croisent, s’affrontent, se retrouvent, dans une ambiance de fin du monde. Ce petit roman d’un peu plus de 150 pages est très réussi, puissant et haletant. Il arrive à nous faire ressentir ce qu’est un ouragan, ce qu’il instille aux pauvres humains que nous sommes, et ce que la terreur engendre.

Pour résumer : tout est à lire de Laurent Gaudé, sans modération. C’est vraiment un écrivain français incontournable.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s