Au revoir là-haut de Pierre LEMAITRE

RL_140x205Parution : en 2013 chez Albin Michel, en format poche au Livre de Poche en avril 2015.au revoir là haut poche

Le genre, le style : roman écrit à la troisième personne qui raconte le devenir d’Albert Maillard après l’armistice.

Les lieux : dans les tranchées de la guerre 1914/1918 et à Paris.

L’auteur : Pierre Lemaître est né le 19 avril 1956 à Paris. Après des études de psycho il enseigne à des adultes les littératures française et américaine. Puis il commence par écrire des polars. A 55 ans (en 2006) il gagne le Prix du premier roman au festival de Cognac (défunt festival cinématographique et littéraire puisque disparu en 2007) pour « Travail soigné ». Il a ajouté à sa trilogie un quatrième volet « Rosy et John » paru directement en format poche en mai 2014. Ses maîtres en littérature policière sont Bret Easton Ellis, Émile Gaboriau, James Ellroy et William McIlvanney.pierre lemaitre

Son premier roman hors polar c’est « Au revoir là-haut ». Le prix Goncourt 2013 lui est attribué causant la stupéfaction de certains, heureusement maintenant beaucoup plus rares, qui considèrent encore le polar comme une sorte de « sous-littérature », la lecture du roman ayant effacé très vite cette posture.

L’histoire : Albert Maillard est, comme beaucoup de ses camarades soldats, un garçon discret et modeste. Avant la guerre il était employé comme caissier dans une banque pas par goût, puisqu’il s’y ennuie, mais pour faire plaisir à sa maman… Nous faisons connaissance avec lui sur le front,  sous les ordres du lieutenant d’Aulnay-Pradelle : « (…) les artilleurs balancèrent des giclées de 75 sur les lignes allemandes, à se demander comment ils avaient été informés. Après, l’engrenage. Les Allemands répliquèrent. Côté français, il ne fallut pas longtemps pour rassembler tout le monde. On allait leur régler leur compte à ces cons-là. C’était le 2 novembre 1918. On ne le savait pas encore, on était à moins de dix jours de la fin de la guerre. (…) » Quand Albert court sous le feu ennemi avec encore plus d’intensité que d’habitude, les rumeurs d’armistice courent, il ne s’attend certainement pas à ce qu’il voit : un de ses copains, le jeune Louis Thérieux, sans doute moins persuadé que d’autres de devoir se faire tuer à quelques jours d’un armistice, tué de deux balles dans le dos. Il comprend qu’il va mourir en voyant Pradelle qui se rue sur lui et qui, d’un coup d’épaule, le fait chuter dans un profond trou d’obus le condamnant à mourir enterré vivant.

Edouard Péricourt va le sauver mais à quel prix !

La démobilisation arrive, les deux hommes ne se séparent pas, ils essaient de survivre dans cette France d’après-guerre qui a glorifié ses héros morts mais ne s’intéresse guère à ceux qui ont survécus.

Pas à pas, considérant que tous les oublient, ils se persuadent que monter une arnaque de grande ampleur n’est, finalement, que le moyen de s’en sortir.

Mon avis : rassurez vous je n’ai pas voulu tout dévoiler et au fil des pages vous découvrirez les éléments de l’intrigue qui montrent le cynisme qu’ont entouré le « pendant » et l’après guerre de 14-18 … J’avoue être passée au travers de cette époque dans mes études d’histoire… et c’est un des grands mérites de ce roman : nous montrer cet épisode sombre et peu reluisant, celui de la survie des soldats gravement blessés dans leur chair et/ou dans leur âme, condamnés à vivre dans le dénuement et l’indifférence.

C’est un très bon Goncourt, je le comparerais dans l’intention à « Rouge Brésil » de Jean Christophe Rufin, prix Goncourt en 2001 : un grand roman populaire au sens noble du terme. De plus on sent très vite que Pierre a mis sa patte d’auteur de polar dans ce livre : sens du suspense, rebondissements, personnages peu recommandables tout à fait crédibles. C’est un livre magnifique. Pierre Lemaître va faire partie des auteurs dont je vais lire tout ce qui va sortir. (Voir déjà la trilogie Verhoeven recommandée dans un précédent article)

Pour résumer : génial, à lire absolument. Éclairage pertinent sur une époque idéalisée. Quand commémoration rime avec dissimulation …

 

2 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. Lise dit :

    Merci de m’avoir fait découvrir cet auteur… Depuis que je suis abonnée à la newsletter, je suis souvent vos conseils et je ne le regrette pas. Voilà 6 mois que Lemaitre m’accompagne, polars ou prix Goncourt, et je dois dire que j’ai du mal à décrocher…
    J’attends toujours avec impatience vos nouvelles lectures, vos nouveaux conseils…
    Merci encore

    1. anniemots dit :

      bonjour Lise
      merci à vous, c’est exactement pour cela que j’ai créé ce blog donc je suis ravie ! prochain article « le roi des Aulnes » que j’ai découvert malheureusement à la suite du décés de son auteur : bouquin incroyable …. bonne journée
      anniemots

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s