Le meurtre du samedi matin de Batya GOUR

Le meurtre du samedi matin - Batya Gour - Folio policierParution : en 1988 en Israël, en France chez Fayard en 1993, repris en poche par Folio Policier en décembre 2006 et réimprimé pour la présente édition en juin 2008.

Traduction de l’hébreu par Jacqueline Carnaud et Laurence Sendrowicz

L’auteur : Batya est née à Tel-Aviv en 1947 et décédée en 2005. Après des études de littérature elle enseigne dans un lycée puis dans une université de Jérusalem. Elle était également critique littéraire dans le quotidien Haaretz. En 2000 elle avait écrit « Jérusalem une leçon d’humilité » chez Gallimard collection Arcades.

Le genre, le style : roman policier à énigme assez classique, un meurtre, un enquêteur, des suspects, une résolution avec un narrateur externe au récit.

Les lieux : à Jérusalem, pour l’essentiel dans le bâtiment de l’Institut de psychanalyse.

L’histoire : le docteur Eva Neidorf, analyste de renommée internationale, est retrouvée dans son bureau tuée d’une balle dans la tête. Tous les soignants sont suspects puisqu’elle attendait son assassin dans son bureau dans l’institut désert en ce samedi matin. L’enquête est confiée au commissaire Michaël Ohayon, héros récurrent de Batya, un doctorant en histoire médiévale arrivé dans la police pour raisons financières.

Mon avis : pas de surprise ni d’originalité dans ce roman malgré tout agréable à lire, auteure découverte ce mois de mars au salon du livre de Paris, j’ai choisi le premier de la série. Il vaut d’être lu pour sa description des différentes sortes de thérapeutes et des multiples formes que revêt la psychanalyse. C’est ce qui caractérise les cinq romans centrés sur Ohayon décryptant à chaque fois un milieu fermé (armée, kibboutz, télévision, université, etc. tous réimprimés chez Folio). Rien ne vaut un roman pour décrire une société ! Quelques évocations par ci par là dans ce présent livre de la situation sociale dans les territoires occupés montrent que Batya était une observatrice modérée de l’actualité israélienne.

Pour résumer : recommandé à ceux qui sont intéressés par la psychanalyse, par la découverte au moyen du polar de quelques aspects de la société israélienne et … qui aiment les romans à énigmes.

Afficher l'image d'origine

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s