Chine, retiens ton souffle de QIU Xiaolong

A Mathematician (?)Parution : en 2018 dans les éditions Liana Lévi , en 2019 en poche Points policier

Traduction de l’anglais (américain) par Adelaïde Pralon.

Broché : 256 pages – 19€       Poche : 288 pages – 7.40€

Le style, le genre : roman policier contemporain sur fond d’enjeux climatiques.chine retie'ns ton souffle poche points

L’auteur : Qiu Xiaolong est né à Shanghai en 1953. Lors de la Révolution culturelle, son père est la cible des révolutionnaires et lui-même est interdit de cours. Il soutient néanmoins une thèse sur le poète T.S. Eliot et poursuit ses recherches aux États-Unis. Les événements de Tian’anmen le décident à s’y installer définitivement et c’est en anglais qu’il écrit la célèbre série policière mettant en scène l’inspecteur Chen Cao ainsi que les nouvelles du cycle de la Poussière Rouge. Traduits dans vingt pays, ses livres se sont déjà vendus à plus d’un million d’exemplaires à travers le monde. Qiu Xiaolong a été récemment nommé Junwu Professor de l’université de Guangxi, et vit à Saint-Louis, dans le Missouri.

Les lieux : Shanghai, en Chine.

L’histoire : L’inspecteur Chen a du mal à reconnaître sa ville dans le brouillard persistant qui l’enveloppe.qiuxiaolong Shanghai, la perle de l’Orient, n’a pas été préservée du mal insidieux qui gagne tout le pays : la pollution atmosphérique. Si les autorités – à l’abri derrière leurs purificateurs d’air – continuent de fermer les yeux sur le fléau, la population, elle, souffre. Mais pas forcément en silence. Des milliers d’internautes protestent et suivent avec attention les articles postés sur le Net par une activiste que l’inspecteur Chen a bien connue du temps où il avait été envoyé en mission sur le lac Tai. Cette fois-ci, le Parti voudrait qu’il enquête sur elle. Quant au fidèle inspecteur Yu, il aimerait que Chen lui prête main-forte pour identifier l’auteur d’une série de meurtres, perpétrés au petit matin avec une régularité alarmante…

Mon avis : je me suis un peu ennuyée, est-ce que je m’habitue au rythme des enquêtes de l’inspecteur Chen ? possible mais pas sûr, car j’ai plus apprécié le suivant Un diner chez Min. Pour celui-ci il s’empare une nouvelle fois de la question écologique après Les courants fourbes du lac Taï publié en mai 2010 (Liana Levi) et 2011 (Points Policier). Beaucoup plus politique le roman de Qiu tape dur sur les corrompus du Parti et pose le problème des relations entre population, Parti et Internet. Mon regret est le suivant : on sent le militant, l’exilé derrière chaque page et cela nuit à l’intrigue, un peu bâclée à mon avis.

Dans les points positifs, on retrouve avec plaisir un lien avec l’histoire qui avait pour cadre le lac Taï et où l’on voyait notre inspecteur tomber follement amoureux (ce qui n’est pas fréquent) ; on découvre un Chen prié de jouer le consultant, car tombé en disgrâce suite à la résolution d’une enquête mettant en cause des hauts dirigeants du Parti.

Pour résumer : intéressant à lire pour découvrir l’attitude des dirigeants chinois face au défi écologique, deux intrigues en un livre, l’une plus intéressante que l’autre.

Un commentaire Ajoutez le vôtre

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.