La faille souterraine de Henning MANKELL

le

Parution : éditions du Seuil 2012
En poche POINTS Seuil en janvier 2014

Le genre/le style : roman policier suédois

L’auteur : Henning Mankell est né en 1948. Il est suédois mais passe une bonne part de sa vie au Mozambique. Il est universellement connu pour ses romans policiers mettant en scène le commissaire Wallander. Il écrit aussi des romans pour la jeunesse, des pièces de théâtre et des romans ayant pour cadre l’Afrique.

Les lieux : Malmö et Ystad en Suède

L’histoire : Le premier de la série des « Wallander » débutait le 8 janvier 1990, on découvrait un policier âgé de 43 ans, divorcé, déprimé, atterré par l’évolution de la société suédoise et affublé d’un père perdant la tête. Henning nous explique dans sa préface que ce recueil de 5 nouvelles répond aux souhaits de nombreux lecteurs qui ont voulu savoir ce qui s’était passé avant.
La première nouvelle débute le 3 juin 1969, on le voit amoureux de Mona et débutant à la criminelle. La deuxième se situe à la veille de Noël 1975, la troisième en avril 1987 : les problèmes avec Mona se cristallisent autour des servitudes du métier de flic et son père est en train de perdre la tête… La quatrième en avril 1988 se situe à Ystad Wallander doit résoudre l’assassinat dans son atelier d’un photographe et enfin en décembre 1989 nous voyons un Wallander déprimé ayant fort à faire avec son père qui a décidé de partir en voyage en Egypte pour voir les pyramides.

Mon avis : Ce recueil de nouvelles clôt définitivement la série du commissaire Wallander. C’est en lisant ce dernier opus que l’on s’aperçoit de l’emprise que peuvent avoir en littérature les héros récurrents, Wallander devient un personnage auquel on s’attache. Henning nous offre des clefs pour comprendre les subtilités du personnage. Les intrigues sont bien ficelées, les personnages se mettent en place. Voici dans l’ordre les titres de la série :

Meurtriers sans visage  1991, trad. Philippe Bouquet (édition française 1994)

Les Chiens de Riga  1992, trad. Anna Gibson (édition française 2003)

La Lionne blanche 1993, trad. Anna Gibson (édition française 2004)

L’Homme qui souriait  1994, trad. Anna Gibson (édition française 2005)

Le Guerrier solitaire 1995, trad. Christofer Bjurström (édition française 1999) Prix Mystère de la Critique 2000

La Cinquième Femme  1996, trad. Anna Gibson (édition française 2000)

Les Morts de la Saint-Jean 1997, trad. Anna Gibson (édition française 2001)

La Muraille invisible  1998, trad. Anna Gibson (édition française 2002)

Avant le gel 2002, trad. Anna Gibson (édition française 2005)

L’Homme inquiet  2009, trad. Anna Gibson (édition française 2010)

Pour résumer : à lire après avoir lu toute la série des « Wallander » ou bien à lire en premier : on a le choix ! Je me souviens d’un article du supplément Livres du Figaro qui parlait de ce texte comme d’un cadeau à tous les fans, je le prends comme tel.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s