Agnès de Peter STAMM

Parution : chez Christian Bourgois en 2000. Dans la petite collection de poche Titres de Bourgois en 2008.

Traduit de l’allemand (Suisse) par Nicole Roethel

Le genre, le style : roman allemand délicat et subtil, autour d’une rencontre amoureuse banale, écrit à la première personne.

L’auteur : Peter Stamm est né à Münsterlingen en Suisse en 1963. Après des études de commerce, il a étudié l’anglais, la psychologie, la psychopathologie et l’informatique comptable. Il a longuement séjourné à Paris, New York et en Scandinavie. Depuis 1990 il est journaliste, et écrivain. Il est, depuis 1997, rédacteur en chef du magazine Entwürfe für Literatur. Il a obtenu en 1998 le Rauriser Literaturpreis pour son premier roman, Agnès. Il vit actuellement à Winterthur.

Onze romans ont été traduits, Agnès est le premier. Pour le décrire il dit : « Il faut connaître les sentiments pour les décrire (…) Je crois qu’on trouve tout dans soi-même… » «C’est la banalité qui m’intéresse, trouver la beauté dans la banalité … ».

Le dernier livre sorti en France est Tous les jours sont des nuits en 2014.

Les lieux : Chicago (USA)

L’histoire : Dans la salle de lecture surchauffée de la bibliothèque municipale ils échangèrent leurs premiers regards. Puis autour d’un café, leurs premiers mots. Il est suisse et fait des recherches sur les wagons de luxe américains. Elle est américaine, étudiante en physique, et rédige sa thèse de Doctorat. Ils dînent ensemble, partent en excursion dans les forêts environnantes, visitent les musées et tombent en arrêt devant une toile de Seurat.
Un soir Agnès lui demande d’écrire sur elle, un portrait. Soir après soir il confie leur histoire à son ordinateur. Au début c’est un jeu, puis, peu à peu, leur vie se conforme aux aléas du récit qui finalement prend le pas sur la réalité.

Mon avis : je vais être concise comme aime l’être Peter. J’aime beaucoup cet auteur, je l’ai relu cet été. C’est un romancier très délicat, un esthète. Il dit que la littérature se construit par des expériences et que seule la vie ordinaire l’intéresse car elle recèle des choses pas ordinaires.

C’est le cas ici, Agnès est ordinaire et le narrateur également. Difficile de dire ce qui fait le charme de ce petit livre, sans doute sa quête permanente de la beauté et de l’amour.

A sa sortie en Allemagne en 1998 les critiques et le public lui avaient fait un magnifique accueil.

Pour résumer : pour les curieux un auteur contemporain à découvrir, je vous recommande aussi et surtout « 7 ans » paru en 2010. C’est mon préféré.

Afficher l'image d'origine

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s