La femme en vert de Arnaldur INDRIDASON

femme en vert  Parution : février 2006 éditions Métailié / janvier 2007 en Points policier

traduit de l’islandais par Eric Boury

Le genre / le style : roman policier avec allers et retours entre le présent et la période    de la seconde guerre mondiale.

Les lieux : sur les hauteurs de Reykjavik (Islande)

L’auteur : Arnaldur est né à Reykjavik en 1961. Il étudie l’histoire. Avant de vivre de sa plume il a été successivement journaliste et critique cinématographique. Son roman le plus connu est « La Cité des jarres » pour lequel il a reçu de nombreux prix. « La Femme en vert » a reçu le Prix clef de verre du roman noir scandinave », le Gold Dagger Award (prix de l’association britannique des écrivains de romans policiers) et le Prix des Lectrices de Elle en 2007.

Ses maîtres en littérature policière sont les magnifiques romanciers suédois Maj Sjöwal et Per Wahlöö, auteur d’une série policière en 10 volumes écrite dans les années 60 (éditée en poche chez Rivages Noir, je vous les conseille, vous les trouvez en occasion chez Gibert Joseph), qui décrivent sous couvert de polar une réalité politique et sociale glaçante.

L’histoire : Une femme organise une fête d’anniversaire pour son fils âgé de 8 ans. Le frère d’un des enfants invités est en avance. Pendant qu’il patiente, le jeune homme, étudiant en médecine, remarque le bébé de la famille en train de mâchouiller un objet. Il reconnaît un os : un morceau de côte. Les enfants indiquent l’endroit où ils l’ont trouvé, la police est prévenue, un squelette est découvert, il est là depuis plus de 50 ans. C’est en remarquant un buisson de groseilliers isolé proche du corps que le commissaire Erlendur (héros récurrent d’Arnaldur) va faire le lien et débuter son enquête. Une maison existait sur la colline pendant la guerre, elle a disparu depuis. Plusieurs pistes sont explorées et se perdent au fur et à mesure du déroulement de l’intrigue. L’histoire tragique de la famille locataire de la maison sur la colline est au centre du livre, marquée par la tyrannie qu’exerce Grimur, le père, sur sa femme et les trois enfants…

Mon avis : Roman passionnant et prenant de bout en bout. Le suspense est particulièrement bien construit, on s’interroge : qui est le mort ? Homme, femme ? Tout tourne autour d’un drame familial, les coups reçus par la mère de Mikkelina m’ont terrifiés, certains passages sont très difficiles… On devine évidemment très vite que le squelette découvert est lié à ces atrocités mais le dénouement est vraiment bien amené.

J’ai aimé les allers et retours entre présent et passé, parfois l’exercice est mal maîtrisé, ce n’est pas le cas ici. L’environnement historique est également bien décrit, il est question de l’occupation américaine (nous sommes au début de l’histoire en 1937). En 1940, l’invasion de l’Islande (opération Fork) est lancée par les Britanniques pour protéger les convois alliés passant par l’Atlantique nord. Plus de 40000 militaires américains les rejoindront. En parallèle il se passe également beaucoup d’événements dramatiques dans la vie du commissaire Erlendur. Sa fille, en proie à la drogue, est hospitalisée…

Pour résumer : le thème qui prédomine est la violence conjugale avec des scènes très dures, donc si  vous l’offrez … attention !  Très bon moment de lecture policière.

2 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. hermet dit :

    à lire comme( presque) tous les ouvrages d’Indridason….

    1. anniemots dit :

      je n’en ai lu que deux pour l’instant…la cité des jarres et celui ci. Lequel (ou lesquels) sort du lot ? anniemots

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s